Connecte-toi avec nous

L'Essaim

Cruelle défaite pour le Racing 92

Sports

Cruelle défaite pour le Racing 92

Le Racing 92 s’est incliné en finale de la coupe d’Europe de rugby face au club irlandais du Leinster (15-12) à Bilbao. C’est le deuxième échec en finale pour le club francilien après 2016 et le quatrième titre pour la province irlandaise qui rejoint au palmarès le Stade Toulousain. Une défaite cruelle pour les hommes de Laurent Travers et Laurent Labit qui devront rapidement se remobiliser avant une demi-finale de Top14 dans quelques jours.

Rien ne pouvait plus mal commencer pour les Racingmen… Dan Carter qui déclare forfait à moins d’une heure du coup d’envoi et son remplaçant Pat Lambie qui se blesse au bout de deux minutes. On se dit alors que les irlandais, meilleure attaque de la compétition, ne vont faire qu’une bouchée de cette équipe parisienne. C’est tout le contraire qui va se produire.

Dès les premières minutes du match, ce sont les irlandais qui font le jeu autour d’un Jonathan Sexton, peu en réussite comparé à ses standards européens (88% contre 60% en finale). Mais ils se heurtent à une solide défense du Racing qui multiplie les récupérations de balle et tente de trouver la faille au cœur d’une première mi-temps cadencée. C’est finalement le plus méconnu de ces joueurs qui va jouer à sa main durant ces quarante premières minutes : Teddy Iribaren. Le petit lutin parisien, comme aiment affectueusement le surnommer ses coéquipiers, remplaçant au pied levé d’un Maxime Machenaud maudit avec une nouvelle grave blessure au genou, a parfaitement su utiliser son pied pour distribuer le jeu et gêner des irlandais en manque de solution en attaque. Cette première mi-temps se résume à trois pénalités de chaque côté et un score de parité (6-6).  Le seul regret des coéquipiers de Virimi Vatakawa ? Un manque de munition en attaque qui a empêché les joueurs des lignes arrières de s’exprimer pleinement ; les défenses prenant le pas sur les attaques.

Au retour des vestiaires, le message du coach français est clair : mettre la main sur le ballon et concrétiser les rares occasions dont disposent les racingmens. Les deux équipes vont repartir sur les mêmes bases en se livrant pleinement en défense et laissant les artistes comme Teddy Thomas et Louis Dupichot côté Racing ou Rob Kerarney et Garry Ringrose côté Leinster au chômage technique. Les racingmens vont mettre la main sur le ballon et obtenir une pénalité, immédiatement transformée par Teddy Iribaren. S’en suivra une seconde aussi transformé par le demi de mêlée parisien. Par deux fois, les joueurs du Leinster vont répliquer.  Le score est alors de 12-12. Les deux équipes se rendent coup pour coup mais c’est finalement le Leinster qui obtiendra une ultime pénalité après une situation dangereuse mal gérée par les champions de France 2016. Isa Nacewa, qui remplaça Johnny Sexton au but, ne se ferra pas prier pour offrir le quatrième titre de champion d’Europe à son équipe, pour son dernier match européen.

Les Racingmen ont mené pendant 78 minutes mais les derniers instants de ce match irrespirable ont finalement tourné en faveur des irlandais. C’est à ces petits détails que des finales se jouent. C’est une immense déception pour les joueurs parisiens qui s’étaient promis de revenir avec le trophée dans la capitale. Une déception qui devra rapidement être effacée pour ne pas gâcher une saison déjà réussie confiant, au micro des journalistes, l’enfant du club, Henry Chavency.

Mais on aura tout de même un motif d’espoir en se disant que cette équipe était en deuxième division il y a moins de dix ans…

 

Continuer la lecture
Cliquer pour commenter

Vous devez être connecté pour poster un commentaire Connexion

Laisser une réponse

Plus sur Sports

Tendances

Haut de la page
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial