Connecte-toi avec nous

L'Essaim

Donald Trump : vers un retour de “l’impeachment” ?

Donald Trump, le 23 septembre 2019, à New York.

Reflet d'histoire

Donald Trump : vers un retour de “l’impeachment” ?

Ces derniers jours une tempête politique fait rage, s’abattant sur le président des États-Unis, Donald Trump. Elle n’est cependant pas une première. Zoom sur la polémique.

C’est ce que nous enseigne cette nouvelle polémique, lancée en août par Michael Atkinson. L’inspecteur général des services de renseignement aurait en effet servi de « lanceur d’alerte ». Dans les faits, Donald Trump est accusé d’avoir demandé de l’aide au président ukrainien sur une enquête visant son concurrent à la présidence Joe Biden, lors de divers échanges. Il accuse ce dernier, ainsi que son fils, de corruption à grande échelle. Un appel vers la Chine est également mis en cause. 

Les réactions du président des États-Unis ne se sont pas faites attendre, avec un certain changement de stratégie après la défensive en faveur de la surenchère : 

«En tant que président des États-Unis, j’ai le droit absolu, voire même le devoir, d’enquêter ou de faire enquêter sur la corruption, même si cela inclut de demander ou de suggérer à d’autres pays de nous aider ! » déclare-t-il sur Twitter. 

Les auditions ont déjà débuté avec l’ancien émissaire ukrainien Kurt Volker, menées par les parlementaires. Ces accusations pourraient déclencher la procédure d’ “impeachment” ou la procédure de destitution dont dispose le pays. 

Un mutisme déconcertant est remarquable dans son propre camp. La partie républicaine est pourtant en majorité au Sénat, lieu du possible procès, suite logique d’une mise en accusation exceptionnelle. 

Cependant, ce n’est pas la première fois qu’un président des États-Unis est menacé d’une procédure de destitution. L’impeachment, terme anglais désignant la procédure du système judiciaire américain visant à destituer un officiel du gouvernement, afin de pouvoir engager des poursuites pénales à son encontre, a déjà été sollicité par le passé dans l’histoire du pays. En effet, avant Donald Trump, trois autres présidents ont fait l’objet d’une éventuelle procédure de destitution : Andrew Johnson en 1868, Richard Nixon en 1974 et Bill Clinton en 1998. 

Mais alors, pourquoi ont-ils été, eux aussi, visés par celle-ci à l’époque ? Regardons de plus près : 

Tout d’abord, Andrew Johnson. Il était un démocrate du Sud et vice-président d’Abraham Lincoln. Fervent défenseur de la Reconstruction après la Guerre de Sécession, il souhaite réintégrer les États du Sud dans l’Union. Après avoir été élu président suite à l’assassinat de Lincoln, il s’engage dans une féroce bataille avec la frange radicale du Parti républicain qui domine le Congrès. Mais c’est lorsqu’il décide de limoger son secrétaire d’État à la Guerre, que le Congrès lance une procédure de destitution à son encontre. Au terme d’une enquête, il est déclaré coupable de plusieurs délits passibles de destitution le 24 février 1868. 

Ensuite, Richard Nixon. C’était un membre du Parti républicain ; en 1974, il est accusé d’entrave à la justice, d’outrage au Congrès et d’abus de pouvoir, notamment avec le scandale du Watergate. Et enfin, Bill Clinton. Membre du Parti démocrate, il est incriminé d’avoir nié (sous serment) avoir eu des relations sexuelles avec Monica Lewinsky, stagiaire à la Maison Blanche entre 1995 et 1997. Une enquête s’ouvre alors, sur ordre de la Chambre des représentants. La procédure est engagée contre lui le 8 octobre 1998. 

Finalement, malgré ces trois procédures de destitution envisagées à leur encontre, aucun n’a été destitué, et pour cause : Andrew Johnson a évité d’une voix la destitution, Richard Nixon a démissionné avant que la sentence ne tombe et Bill Clinton, lui, a été acquitté puis est resté au pouvoir jusqu’à la fin de son mandat. 

Une question persiste : la procédure visant Donald Trump va-t-elle avoir la même issue que ses prédécesseurs, ou va-t-elle le mener à quitter la Maison Blanche ?

© l’express

Article co-écrit avec Cléa Moreno

Continuer la lecture

Plus sur Reflet d'histoire

Haut de la page
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial