Connecte-toi avec nous

L'Essaim

France-Pays de Galles : la « faillite mentale » des Bleus

Crédit photo : Le Monde - Tournoi des VI Nations, FRANCE-PAYS DE GALLES (19-24)

Sports

France-Pays de Galles : la « faillite mentale » des Bleus

Pour ce match d’ouverture du Tournoi des VI Nations 2019, arbitré par Wayne Barnes (ANG), la France accueillait ce soir le Pays de Galles au Stade de France. Les locaux, quatrièmes de la précédente édition, recevaient les n°3 mondiaux, classés second de la dernière compétition. Malgré la différence de niveau entre les deux équipes, mise en lumière par les tests matchs de ces derniers mois, les deux mi-temps peuvent être imagées comme le jour et la nuit pour les hommes de Jacques Brunel (sélectionneur de l’Equipe de France de rugby). Dans un match où le jeu au pied, les fautes de mains et les mêlées étaient cruciaux, il fallait être concentré et attentif sur chaque ballon tenu. Pourtant plus que dominateurs en première période (16-0 à la pause), les Français coulent sous cette pluie battante et donnent la victoire aux dragons gallois au bout des quatre-vingt minutes de jeu (19-24).

Trop de points au pied laissés sur le côté

Tout avait bien commencé ! Composés de nouvelles recrues comme le Toulousain Romain Ntamack (19ans) et le Sud-Africain naturalisé Français Paul Willemse (26ans), les Bleus ont produit un jeu d’une qualité rarement vu ces derniers mois. Avec un premier essai de Louis Picamoles (6’) puis de Yoann Huget (27’), suite à un enchaînement de passes qui part de l’aile droite jusque dans l’embut à l’aile gauche, la France mène rapidement 10-0. Avec deux transformations et une pénalité ratées, Morgan Parra (demi de mêlée des Français) laisse s’envoler 7 points durant la première demi-heure. Mais heureusement que ce n’était pas la soirée des numéros 9 car en face, Gareth Anscombe (demi d’ouverture Gallois) manque les poteaux à deux reprises. Épaulé de Tomos Williams à la charnière, ces deux-là sont en difficulté durant toute la première période, permettant à la France de mener à la pause 16-0 suite à une pénalité (34’) et à un drop juste avant la mi-temps de Camille Lopez.

La France gère alors son premier match du Tournoi des 6 Nations 2019, qui malgré la pluie fracassante, développe un jeu de mains qui fait plaisir à voir. Damian Penaud (ailier Français) gagne tous ses duels, faisant reculer la ligne rouge galloise à chaque prise de balle. Une mi-temps à sens unique, avec une charnière galloise inexistante qui procède à des choix non-concluants, à l’image notamment de leurs quinze premières minutes où aucune séquence de jeu n’est enclenchée côté britannique.

La descente en enfer

Oui mais bon, on ne jouait pas une équipe du fond de classement mondial (même si elle aurait grandement sa chance de gagner…). Au retour des vestiaires, le match bascule en moins d’un quart d’heure. Le Pays de Galles inscrit d’abord un premier essai suite à une percée de Josh Adams (ailier gallois) qui, sur un 2 contre 1, dépose sur un plateau le ballon à Tomos Williams (16-5). A la suite d’une reprise de confiance des Gallois au bout d’une dizaine de minute de jeu dans le second acte, vient alors (comme l’ont nommé les commentateurs du match de France 2 : Matthieu Lartot et Fabien Galthié) le tournant du match. Une boulette de Yoann Huget qui offre le second essai gallois à George North, son 35ème international (16-12). Dans cette mésaventure de l’ailier Toulousain, on peut y voir un certain clin d’œil à son ancien partenaire de jeu Clément Poitrenaud, spécialiste des boulettes renommées ‘’Les Poitrenades’’ dans la ville rose.

Suite à cet essai, Warren Gatland (sélectionneur du Pays de Galles) procède au changement de la charnière galloise, faisant rentrer sur la pelouse Dan Biggar et Gareth Davies, habituellement titulaires. Sûrement un choix qui fit pencher la balance car le professionnalisme sur le terrain de ces deux hommes a su porter les hommes d’Alun Wyn Jones (capitaine) vers la victoire. Dan Biggar réussit une pénalité (63’) donnant pour la première fois de la rencontre l’avantage pour son équipe (16-17) mais sept minutes plus tard Camille Lopez redonne de l’air aux Bleus (19-17). Un petit avantage qui sera le dernier pour la France car seulement deux minutes plus tard (72’), George North (encore lui !) intercepte une longue passe de Sébastien Vahaamahina et s’en va seul aplatir le ballon derrière la ligne d’embut (19-22). Réel coup de poignard de la part du légendaire numéro 14 gallois, la France ne parviendra pas à revenir au score malgré un ultime ballon en main, qui se transforma en un énième en-avant et subit un puissant 3-24 dans la seconde période de la rencontre.

Une « faillite mentale » exprime Rafaël Ibanez (ancien joueur de l’Equipe de France, consultant rugby pour France 2) au micro de la chaîne publique. Jacques Brunel se défend par « un manque de maîtrise » en conférence de presse d’après match. Tous les joueurs ont sans doute l’impression de ne pas avoir débuté la seconde mi-temps comme la première, définie comme « grosse » par le jeune Romain Ntamack mais dont son capitaine Guilhem Guirado se sent « agacé » par ces situations de « déjà vu », ajoute-t-il.

La semaine prochaine, la France se déplace chez son plus grand ennemi : l’Angleterre, dans un Crunch qui devrait déjà définir le futur des Bleus dans ce tournoi. Quant aux Gallois, ils recevront les plus grosses équipes à domicile (l’Angleterre et l’Irlande) et peut entrevoir, suite à cette victoire ce soir, un éventuel Grand Chelem pour cette édition 2019 du Tournoi des VI Nations.

Paul NIETO

Continuer la lecture
Cliquer pour commenter

Vous devez être connecté pour poster un commentaire Connexion

Laisser une réponse

Plus sur Sports

Tendances

Haut de la page
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial