Connecte-toi avec nous

L'Essaim

L’Essaim à l’avant première de La Prière

Divertissement

L’Essaim à l’avant première de La Prière

Jeudi soir, l’équipe de l’Essaim était au cinéma Gaumont Wilson pour l’avant première du film “La Prière” de Cédric Kahn. Dans la journée, un de nos journalistes a rencontré le réalisateur et l’équipe du film. Décryptage de ce film qui s’annonce déjà comme le carton du mois à venir

” La Prière”! On vous voit venir… Encore un film catholique… Détrompez vous. Au delà du titre, La Prière traite oui de la religion catholique et de la foi dans son ensemble mais elle aborde aussi des sujets tel que l’amour, l’amitié, la dépendance à la drogue, le travail et le retour d’un homme à la dignité. Comme en témoigne le réalisateur Cédric Kahn, “la Prière”  est destiné à tous, croyants, non croyants, athées, juifs, chrétiens, musulmans… Tout le monde y trouvera son compte! Une idée qui semble se confirmer au vue de la diversité des spectateurs lors de l’avant-prière.

Mais pourquoi un Cédric Kahn, non croyant, a décidé de traiter d’un tel sujet? Le réalisateur nous confie que l’idée lui est venu il y a 6 ou 7 ans. Il a souhaité mettre en avant l’amitié qui est fondamentale pour la construction d’un homme. A travers l’histoire du personnage principal, Cédric Kahn veut que le spectateur s’identifie à Thomas, toxicomane et martèle que tomber dans une addiction ne signifie pas que l’on ne peut pas en sortir. Ce film, Cédric Kahn l’a longuement mûri avec  Samuel Doux, scénariste et Sylvie Pialat, productrice. Le temps de préparation a nécessité de longs mois de travail et de préparation. Dans un film traitant d’un thème aussi profond, le casting a été primordial pour Cédric Kahn et son équipe. En effet, il fallait trouver un acteur qui donnait des émotions au public.

Pour l’acteur principal, Anthony Bajon, récompensé au festival de Berlin,  c’est un premier rôle dans un grand film. Un rôle qu’il a fallu s’approprier en collant au texte du scénariste tout en conservant une part de spontanéité. Dans ce film, aucune grosse tête d’affiche si ce n’est Hanna Schygulla, mais une équipe d’une vingtaine de jeunes acteurs, permettant de donner une certaine fraîcheur au film. Le cadre du film est reposant et la nature amène à le spectateur à une véritable réflexion sur le rapport avec la foi. Le message de l’équipe de la Prière ? L’éloignement et la prière permettent de se remettre au centre de l’essentiel, d’apprécier les petites chose qui font la vie.

Présente sur place, l’analyse de notre journaliste : Thomas, 22 ans est accro à l’héroïne. Pour sortir de la dépendance et suite à une overdose, il rejoint une communauté isolée dans les Alpes tenue par d’anciens drogués. Leur guérison est passée par la prière. Le jeune homme y découvre alors un monde à part, un monde bercé d’amitié, de travail, d’amour, de bienveillance, de règles mais il y découvre surtout la foi. Filmé avec une justesse impressionnante et sans tomber dans le cliché, Cédric Khan livre le portrait d’une très forte histoire d’amitié, le tout dans un cadre d’une radicalité positive. Bien sûr, une place importante est accordée aux rites de la communauté mais cette histoire est racontée d’une manière quasi-documentaire, empêchant tout effet de ” propagande”.  ” La Prière” est davantage montrée comme un chemin possible ver une foi en l’avenir, en l’amour. On peut aussi y retrouver l’atmosphère du film “Des hommes et des dieux”, notamment pour ce qui est du cadre de tournage.

Le film oscille entre des plans sur les visages des hommes et sur des paysages de montagne. Mais qui aide réellement Thomas? Le travail dans cet environnement? La prière? Ou encore l’amour d’une jeune femme? La fin de l’histoire amène aussi à la réflexion.  L’avant dernière scène du film est particulièrement poignante : Thomas monte dans une voiture après avoir fait du stop, une musique techno retentit, rappelant au jeune homme ses vieux démons, puis s’en suit une musique douce. Retour à la drogue ou véritable guérison après cette scène?

“La Prière” sort dans les salles le 21 mars prochain. C’est le coup de cœur de l’Essaim.

Timothé Rouvière et Mathilde Forest

Continuer la lecture
Cliquer pour commenter

Vous devez être connecté pour poster un commentaire Connexion

Laisser une réponse

Plus sur Divertissement

Tendances

Haut de la page
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial