Connecte-toi avec nous

L'Essaim

Portrait du prix Nobel de la paix 2018, Denis Mukwege.

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Fichier:Denis_Mukwege_par_Claude_Truong-Ngoc_novembre_2014.jpg

International

Portrait du prix Nobel de la paix 2018, Denis Mukwege.

Il est surnommé « L’homme qui répare les femmes » et est devenu prix Nobel de la paix en 2018. Mais qui est exactement Denis Mukwege?

Né le 1er mars 1955, Denis Mukwege est le fils d’un pasteur protestant pentecôtiste. Après avoir obtenu un diplôme de biochimie à l’institut Bwindi de Bukavu, il s’inscrit à la faculté polytechnique de Kinshasa pour finalement trouver sa voie à la faculté de médecine du Burundi en 1976.

Après l’obtention de son diplôme en 1983, il obtient une bourse afin de pouvoir se spécialiser à l’université d’Angers, en France. Mais en 1989, il choisit de retourner au Congo pour s’occuper de l’hôpital de Lemera, dont il devint médecin directeur.

En 1996, lors de la première guerre du Congo, Mukwege est attaqué et son hôpital détruit. Beaucoup de ses collègues et de ses patients sont assassinés. Il se réfugie à Nairobi un temps mais décide de retourner au Congo où il y fonde l’hôpital de Panzi à Bukavu. C’est à ce moment là que, pour la première fois, il est confronté aux mutilations génitales pratiquées sur les femmes. Profondément marqué par ces violences, il décide de faire connaître au monde la barbarie dont sont victimes les femmes à l’Est de la république démocratique du Congo, et d’agir pour leur venir en aide. Dans une région où le viol collectif est utilisé comme arme de guerre, il se spécialise dans la prise en charge des femmes victimes de ces agressions sexuelles, leur apportant une aide médicale mais aussi psychique, économique et juridique.

Mais protéger les femmes n’est pas au goût de tous. Le 25 octobre 2012, il est victime d’une agression en plein centre de Bukavu. Le gardien de sa maison est abattu et Mukwege est ligoté. Ce sera grâce à l’intervention des riverains qu’il aura la vie sauve. Il se réfugie alors quelques mois en Belgique, avant de repartir travailler au Congo.

Depuis, il consacre sa vie à opérer les femmes souffrant de blessures de guerre. Le 24 septembre 2015, il devient docteur en sciences médicales à l’université libre de Bruxelles après avoir soutenu sa thèse intitulée : « Étiologie, classification et traitement des fistules traumatiques uro-génitales et génito-digestives basses dans l’Est de la République Démocratique du Congo. »

Continuer la lecture

Plus sur International

Haut de la page
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial