Connecte-toi avec nous

L'Essaim

The Square, favori du festival de Cannes

Cinéma

The Square, favori du festival de Cannes

Réaliser la critique de la société actuelle en suivant le quotidien d’un conservateur de musée d’art contemporain.
C’est ce qu’entreprend Ruben Östlund, réalisateur du film The Square, palme d’or du dernier festival de Cannes.

Christian, bourgeois, intellectuel et bien-pensant, se prépare à l’inauguration d’une nouvelle œuvre d’art : « The Square », matérialisée par un carré tracé au sol et accompagnée de ce texte explicatif : « Le Square est un sanctuaire où règnent confiance et altruisme. Dedans, nous sommes tous égaux en droits et en devoirs ». L’idée est de faire prendre conscience de l’égalité qu’il y a entre les êtres humains en favorisant une confiance mutuelle.

Mais rapidement le paradoxe apparaît. Il suffit que Christian soit victime d’une supercherie pour que sa réaction mette en lumière l’hypocrisie qui réside dans nos sociétés occidentales, où les principes et les valeurs prônées haut et fort ne se retrouvent pas dans leur pratique.

Entre humanisme et cynisme, Ruben Östlund met en balance la richesse et la pauvreté, la confiance et les préjugés, le pouvoir et l’impuissance en questionnant le spectateur sur la place de l’individu dans la société.

D’un autre côté, The Square réalise une critique de l’art moderne en montrant ce qui pourrait en être les limites (la scène du dîner avec l’homme-chimpanzé). Il évoque aussi ce besoin de choquer pour faire le buzz dans une société ultra connectée, empreinte de perversité et de voyeurisme, où l’individu n’obtient que la seconde place et où les mots ont perdu de leur valeur.

The Square est un film ponctué d’humour et de scènes insolites qui touche à des sujets sensibles de notre société.

Continuer la lecture
Cliquer pour commenter

Vous devez être connecté pour poster un commentaire Connexion

Laisser une réponse

Plus sur Cinéma

Haut de la page