Connecte-toi avec nous

L'Essaim

Un trio qui chamboule

(de droite à gauche) Eric Lavaine, Alexandra Lamy et José Garcia étaient présents à l'hôtel Opéra du Capitole pour l'avant-première de Chamboultout. Crédit photo : Paul Nieto

Les sorties ciné

Un trio qui chamboule

Alexandra Lamy retrouve le scénariste-réalisateur Eric Lavaine, qu’il dirige de nouveau après l’Emballas du choix (2017) et Retour chez ma mère (2016), dans une comédie pleine de passion : CHAMBOULTOUT

Affiche du film Chamboultout, d’Eric Lavaine. Crédit photo : Allociné

Béatrice (Alexandra Lamy) est une femme heureuse de la quarantaine. Joyeuse sur le plan familial, social et professionnel. Rayonnante par la présence de son mari Frédéric (José Garcia), il subira un accident, lui supprimant la vue et la mémoire immédiate. Pour but d’extérioriser leur nouvelle vie, Béatrice publie un livre dans lequel, elle s’inclut entourée de doubles littéraires de ses proches. L’ainée d’Audrey Lamy, que l’on peut élire “nouvelle égérie d’Eric Lavaine”, modélise sa première lecture du scénario ainsi : “J’ai adhéré tout de suite, mais vraiment. C’est cela que j’adore aussi dans l’écriture d’Eric. C’est toujours familial, amical, c’est la vie. Et là pour le coup dans ce film, tout est réuni. Ce sont des comédies avec une ligne dramatique. Je me suis dit qu’il fallait que je sois cette ligne dramatique”. Tandis que J. Garcia dévoile “Le chamboultout, c’est lorsque le livre sort. Le livre représente l’image des uns vis-à-vis des autres”. C’est effectivement cette publication qui va remettre en question ce groupe soudé parti en vacances sur la côte basque. Chacun va mener sa petite enquête pour découvrir quel personnage lui correspond, à l’image de Loïc (Jean-François Cayrey), qui pense avoir décelé ce mystère.

“A l’image de la vie”

Tous les personnages sont inventés mais il y a quelque chose de très vrai dans cette réalisation. Une auteure amatrice révèle son histoire dans un bouquin qui aura beaucoup de conséquences dans son groupe d’amis. Eric Lavaine s’inspire de cette situation, en gardant les caractéristiques de cette femme et de son mari, qui a eu un accident de scooter. “Je pensais que c’était quelque chose de plus intéressant d’avoir les amis qui vont pinailler sur des points de détail dans le livre, ne voyant pas le destin incroyable et le courage de cette femme et de cet homme” éclaire le réalisateur. Ce dernier ajoute : “C’est un film d’amour, d’amitié, avec des moments très drôles et d’émotions à l’image de la vie. Comme c’est tiré d’une histoire vraie, je n’ai pas eu à forcer le trait pour qu’il y ait de la comédie”.

“A l’image de la vie”, c’est la notion essentielle que souhaite exposer le scénariste. Que le spectateur s’identifie aux attitudes de Béatrice. Sa détresse face à la paperasse qu’elle doit réaliser seule, qui a pour répercussion un coup financier important. L’actrice principale décrit cette situation : “C’est juste montrer aussi les difficultés qui sont administratives. Elle a ses enfants, elle a aussi ça auquel il manque toujours un papier, donc c’est une femme qui doit aussi arrêter de travailler. C’est un moyen de montrer qu’il y a tout ça qui rentre en jeu et que cela fait partie de son quotidien. Des gens qui vont à la Sécu ou à l’hôpital souvent”. Manifester la présence d’un nouvel homme dans sa vie n’est pas une critique de ses actes. Par rapport à ce choix, Eric Lavaine justifie sa décision par sa philosophie de pensée : “Il n’y a pas de morale dans le film. Dans la vie, le seul truc qui essaie de me guider c’est “chacun fait comme il peut en essayant de pas faire de peine autour de soi”. Et là en l’occurrence c’est, je ne sais pas si la situation de cette femme avec un amant, un compagnon, est bien ou pas bien, ce n’est pas à moi de juger. Je vois que moi si j’aime cette femme, elle est mieux comme cela. Et si c’est comme ça, tout le monde autour sera heureux”.

“Le rire, c’est le seul moment où l’on est en connexion”

Différents duo sont reconnaissables dans la réalisation d’Eric Lavaine : JP (Médi Sadoun) l’inculte avec Arnaud (Michel Vuillermoz) amoureux de la littérature, Odile (Anne Girouard) avec Loïc (Jean-François Cayrey) tout deux très naïfs, Nadia (Anne Marivin) la twetteuse avec Valérie (Ludivine de Chastenet) qui décryptent le livre avec des post-it à chaque passage des personnages, et Frédéric avec son meilleur ami Fabrice (Michaël Youn) qui fuit la réalité des événements. J. Garcia raconte : “Ce qui est marrant c’est que les groupes se sont faits comme cela. Voir les affinités et voir comment les choses s’installent. Ils étaient presque tout le temps ensemble (Médi Sadoun et Michel Vuillermoz). L’humour prend une place à part entière dans Chamboultout. Le personnage de Frédéric, à partir du moment où il n’a aucun filtre, des situations de rire et de comédie apparaissent non-volontaires. Sa nécessité à vouloir se nourrir sans arrêt (ayant oublié qu’il avait déjà mangé), dès qu’il entend un bruit de plastique, s’exprimant “C’est quoi ? J’en veux”. 

Connu pour ses scènes de grands rires dans Nul Par Ailleurs au côté d’Antoine De Caunes et son caractère fantaisiste, J. Garcia entend faire comprendre que malgré les circonstances après l’accident de Frédéric, le rire ne disparaît pas et ne doit pas disparaître. “Il y a toujours un peu d’espoir tant qu’il y a le rire. Vous avez qu’à voir une dictature, la première chose que l’on essaie de vous enlever c’est le rire. Donc cela fait partie de nous. C’est-à-dire que dans les moments les plus difficiles, les plus durs, il y a toujours un éclat, un fou rire, ou quelque chose qui nous raccroche à la vie” médite-t’il. “Je ris avec quelqu’un qui peut avoir le moindre truc parce que le rire c’est le seul moment où on est en connexion. Il ne faut pas avoir peur de rire avec les gens qui ont des problèmes, avec un aveugle”. 

Au cinéma depuis le 3 avril, Chamboultout reflète pleinement les comédies à la française. Il associe une bande de potes en vacances à l’océan, qui finit par se tester, se fragiliser par la publication du livre de Béatrice. Néanmoins Eric Lavaine raccroche cette équipe devenue plus inséparable que jamais, menée par Alexandra Lamy et José Garcia, qui par leur jeu, diffuse amour, compassion, joie et humour.

Propos recueillis par Marta Serra, Adrien Bensadoun et Paul Nieto

Alexandra Lamy avec les membres de l’Essaim (de droite à gauche : Marta Serra, Adrien Bensadoun et Paul Nieto)

Continuer la lecture

Plus sur Les sorties ciné

Haut de la page
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial