Connecte-toi avec nous

L'Essaim

Vincent Lambert : la fin d’un combat ?

Actualité

Vincent Lambert : la fin d’un combat ?

Après des années de bataille juridique, se dirige-t-on vers la fin de l’affaire Vincent Lambert ? Jeudi 31 janvier, le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne a validé la procédure d’arrêt des soins. Pourtant, malgré cette décision, l’arrêt des soins n’est pas encore programmé.

En 2008, Vincent Lambert, alors âgé de 32 ans, est victime d’un accident de la route, et est plongé dans un état de conscience minimal, dit « pauci-relationnel », ou plus encore de « conscience minimale plus ». S’en suit plusieurs années où l’équipe médicale travaillant autour de Vincent Lambert essaye d’améliorer son état. Le 10 avril 2013, constatant que son état est irréversible, l’équipe décide, après avoir consulté sa femme, mais sans l’avis de ses parents, ni de ses frères et sœurs, de cesser de l’alimenter et de l’hydrater.

Cependant, l’absence de consultation du reste de la famille aboutit à une annulation sur la forme de la décision du CHU de Reims par le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne.
En septembre 2013, le CHU entame une nouvelle procédure sur la fin de vie de Vincent Lambert, en convoquant l’ensemble de la famille. Cette nouvelle procédure aboutit également à une décision d’arrêt de le nourrir et de l’hydrater, le 11 janvier 2014. Une partie de la famille de Vincent Lambert, ses parents et deux de ses frère et sœur s’opposent de nouveau radicalement. S’engage alors une bataille judiciaire entre ces derniers s’opposant à l’arrêt de l’alimentation et de l’hydratation et les autres membres de la famille qui y sont favorables, comprenant la femme de Vincent Lambert, son neveu, six de ses huit frères et sœurs ainsi que l’équipe médicale.

Cinq ans plus tard, le 31 janvier 2019, la procédure d’arrêt des soins est finalement validée. Cependant, il reste encore un recours judiciaire pour les parents, qui se battent pour le maintien en vie de leur fils. Ce recours, c’est l’appel devant le Conseil d’État. Le Conseil d’État va donc se pencher une nouvelle fois sur ce dossier. En 2014, il avait déjà recommandé l’arrêt des soins. Les Sages vont donc examiner ce jugement qui évoque l’invalidité totale et irréversible de Vincent Lambert, dans un état végétatif depuis dix ans. De plus, ce jugement précise que Vincent Lambert, avant son accident, alors qu’il était infirmier, avait formé le vœu de ne pas être maintenu en vie si son état de santé était trop dégradé.

Continuer la lecture

Plus sur Actualité

Haut de la page
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial