Connecte-toi avec nous

L'Essaim

Wilde sur les planches

Loïc Carcassès dans le rôle de Dorian Grey • © ladepeche.fr

C'est d'Art

Wilde sur les planches

Le Portrait de Dorian Gray est le chef-d’oeuvre d’Oscar Wilde. Il est en ce moment même, au Théâtre « L’Escale » de Tournefeuille, mis en scène par Stéphane Batlle. Ce roman fantastique et philosophique soulève de nombreuses réflexions sur la jeunesse, l’art, l’hédonisme mais aussi le mal-être de la société du XIXème siècle.

« Si c’était moi qui toujours devais rester jeune, et si cette peinture pouvait vieillir !… Pour cela, pour cela je donnerais tout !… Il n’est rien dans le monde que je ne donnerais… Mon âme, même !»

Phrase prophétique ou voeu insensé, Dorian Gray jeune dandy anglais souhaite que son double de peinture prenne les marques du temps à sa place. La peur de vieillir, l’angoisse d’avoir les stigmates des péchés, les brûlures des passions, les vapeurs d’opium et les effluves d’alcool, Dorian veut garder l’éclat de sa beauté tout en s’enfonçant dans les bas-fonds humains. 
Il est dans une époque qui l’ennuie : la science progresse, les croyances s’envolent et les codes se rigidifient. Et si la vie était ailleurs ? Dans l’abandon de soi ? Dans l’exploration des vices ? Et si la décadence et la marginalité étaient les clés de sa propre liberté ?
Dorian Gray incarne le combat entre le paraître et l’être, entre l’enveloppe idéalisée et la profondeur de l’âme aussi obscure soit-elle, entre lui et son portrait. 

© Grenier de Toulouse

Il est si rare de voir des classiques de la littérature en prose représentés au théâtre, puis après tout quoi de mieux pour vivre une œuvre que de la voir incarnée. Alors courrez-y c’est jusqu’au 13 octobre !

Continuer la lecture

Plus sur C'est d'Art

Haut de la page
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial